Historique

La création des MFR à Madagascar est le résultat de travail de partenariat entre les MFR de France et des initiatives locales.

puce De 1998 à 2000 un premier programme de partenariat soutenu par le Ministère des Affaires Etrangères (MAE) et la fondation des MFR dans le monde, a permis à la Fédération Régionale des MFR de Basse-Normandie (FR MFR) d’accompagner pédagogiquement un premier centre de formation : le Collège vert d’Isorana, situé près de Fianarantsoa.

Près de Fianarantsoa, dans le district d’Isorana, un réseau de 24 écoles primaires rurales s’est progressivement constitué depuis 1980. Dans les années 90, il accueille plus de 2000 élèves pour un cycle de 5 ans. La différence avec les écoles primaires ordinaires tient à ce que l’on y prépare les enfants à leur future vie professionnelle et sociale en zone rurale, au fait que le calendrier scolaire prend en compte le calendrier agricole, à la responsabilité qu’assument les parents.

Devant les résultats obtenus, les parents se sont interrogés. Une réflexion a abouti à la création en 1996 d’un « CEG VERT » avec la volonté de préparer les jeunes paysans à leur avenir d’agriculteur et d’éleveur.

L’UNMFREO a été sollicité par les initiateurs du projet (Père PICHARD et la DIDEC direction diocésaine de l’enseignement catholique) et a présenté un dossier au Ministère de la Coopération

puce Parallèlement à cela, des paysans malgaches en collaboration avec AFDI (Agriculteurs Français et Développement International), lors de missions en France, ont visité des MFR françaises et ont demandé un appui technique afin de répondre aux besoins de formations à Madagascar.

Fernand FOURNIER, alors tout jeune retraité des MFR de Basse Normandie a effectué plusieurs missions pour accompagner le CEG vert d’Isorana, et rencontrer des familles volontaires.

 historique1puce A partir de 2002, ce partenariat a pris une forme nouvelle avec la mise en place d’un programme de trois années intégrant la présence d’un volontaire Français à Madagascar.

Ce programme a été financé par le MAE, le Conseil Régional de Basse-Normandie, le conseil Général de la Manche, le Conseil Général de l’Orne, la Fondation des MFR dans le monde, et des organisations Professionnelles (Groupama, le Crédit Agricole…).

Au cours de cette période un certain nombre d’initiatives locales ont été prises. Certaines familles rencontrées par Fernand Fournier se sont regroupées et ont créé des associations.

La demande faite aux MFR de France est devenue pressante. Une convention d’objectif a été signée avec le MAE, et une volontaire issue du réseau des MFR de France est partie pour une mission de trois ans. Il s’agit de Krystel VINCONNEAU, elle a assurée cette mission en Octobre 2002 jusqu’en juillet 2006. Cela a conduit dès 2005 au fonctionnement de 4 centres de formation bien identifiés sur le territoire et qui accueillent des jeunes ruraux en formation.

puce En Mars 2004 : Ces 4 MFR se sont regroupées au sein d’une Union Nationale des MFR malgaches (UNMFRM)

.historique2

http://www.cftarmada.mfrbn.ue; http://ceftar.blogspot.com

historique3puce Depuis 2011, l’UNMFRM a crée 4 postes d’animateurs régionaux répartis dans l’île. Ces animateurs régionaux représentent l’Union au niveau des régions. Ils ont un rôle d’accompagnement de proximité des directeurs et des associations. Ils sont en lien direct avec les partenaires régionaux.

puce En 2015, on compte 20 associations MFR réparties dans toute l’île.